Thomas Chauffray

INTERVIEW DE THOMAS CHAUFFRAY, LE RALLYMEN MULTIFACETTES

Avec ses 260 départs dans une voiture de rallye, Thomas Chauffray a su prouver son talent. Sur ses 63 arrivées au volant, il est monté 62 fois sur le podium de classe, dont 59 fois sur la plus haute marche. Devenu un des grands noms du rallye normand, il nous accorde aujourd’hui une interview, et la voici !

NR: Bonjour Thomas, pouvez-vous vous présenter ?

TC: Bonjour ! Thomas Chauffray, 34 ans, je suis né dans une famille ‘’rallye’’ et suis copilote depuis 2003, pilote depuis 2008 et moniteur de pilotage depuis 2014.

NR: Vous copilotez et pilotez depuis maintenant un certain temps, quel baquet préférez vous ? 

TC: C’est une question qui revient souvent, mais ce sont pour moi deux exercices réellement différents… je trouve que même si on a le volant, c’est plus facile à gauche qu’à droite où il y a une multitude de chose à gérer. C’est aussi parce que le coaching/copilotage est mon métier, alors que conduire est totalement plaisir, je pense. Je n’ai donc pas de préférence, c’est sûrement pour ça que je pratique les deux avec enthousiasme !

NR: En plus de piloter, de copiloter, de reconnaître les routes pour des pilotes, vous êtes également moniteur de pilotage et de copilotage, que pouvez vous nous dire à ce propos ?

TC: En fait, via TCMT (TC Motorsport Training) je propose un panel de services axé sur le rallye, qui comprend effectivement également le rôle d’ouvreur, la mise en place de stages de préparation d’épreuves, de système de notes, copilotage, pilotage et j’en passe, bref tout ce qui peut aider un pilote ou copilote qu’il soit débutant ou expérimenté à soit acquérir de bonnes bases, soit progresser. J’ai fait de ma passion mon métier, avec de super retours, et beaucoup de satisfaction notamment deux titres en 2019 pour mes clients (champion de France 2D avec Eddie Lemaitre et champion de France 2RM terre avec Seb Lanquetin).

NR: Vous étiez le seul Normand présent en R5 à la finale d’Albi, que pouvez-vous nous dire à propos de ce week-end ?

TC: Nous partions, comme beaucoup, sur des routes inconnues mais avec peu d’expérience en R5, et je savais que cela serait difficile de jouer devant au vu du niveau des protagonistes et de leurs autos. Nous avons débuté prudemment en pointant tout de même 4e, puis sommes passés près d’un scratch avant de commettre une boulette et d’être contraint à l’abandon. Disons que je suis assez satisfait de notre niveau en vitesse pure, mais que je n’ai pas réalisé ici ma plus belle course !

NR: Il paraîtrait que certains pilotes en WRC regardez vos caméras embarquées, ça fait quelle sensation ?

TC: Je ne pense pas non “RIRES”, il y a simplement une fois où une photo prise par Stéphane Lefebvre montrant à Craig Breen et Kris Meeke une caméra embarquée d’un de nos rallyes est passée sur Facebook, mais je pense que tous ces pilotes ont largement de quoi s’occuper sinon !

NR: Parlons un peu de votre rôle de copilote: vous avez pris 177 départs derrière les notes, auriez-vous un moment marquant de votre vie de copilote que vous souhaiteriez partager  ?

TC: Il y en a forcément beaucoup… Le premier rallye, la première victoire de classe, le premier scratch… Je pense que ce qui ressort le plus encore maintenant, c’est la belle cabriole réalisée avec Mickaël Reydellet à St Yrieix, qui a visiblement inspiré Ott Tanak au Monte-Carl’… Heureusement sans mal !

NR: Vous pilotez depuis fin 2008, dans cette belle carrière, quel sera votre meilleur souvenir ?

TC: C’est également difficile de ne retenir qu’une chose… Peut-être le premier scratch de Pauline, pour notre première course avec la Fiesta, à Pont-l’Evêque en 2018 ?

NR: Europe Location vient de faire l’acquisition d’une seconde Fiesta R5 EVO2, aurez-vous l’occasion d’aligner ses roues pour le 50e rallye de la Côte Fleurie ?

TC: C’est le but, on travaille pour ça, on aimerait être au départ du 50e Côte Fleurie avec cette auto afin de viser au moins aussi bien que l’an dernier… Même si la concurrence s’annonce coriace ! Nous devrons trancher d’ici quelques jours, mais le faire avec la Clio reste motivant également.

NR: Vous avez participé au développement de la toute dernière Peugeot 208 Rally4, toute fraîchement sortie des usines Peugeot Sport: que pouvez vous en dire ? Un rallye avec cette voiture dans la région serait il envisageable cette année ?

TC: Je ne peux pas beaucoup en parler, mais nous avons fait plusieurs jours de développement avec cette auto qui m’a aussitôt semblée bien née ! Je pense qu’elle va faire un malheur dans sa catégorie, et ce n’est que mon avis, et si je préfère les autos atmos qui hurlent, j’aimerais beaucoup l’essayer en course oui !

NR: Pauline, elle assure aux notes ? À quand un rallye avec Pauline à gauche et vous à droite ?

TC: Dès le premier rallye ensemble, avec le peu d’expérience dont elle disposait, elle m’a bluffé. C’est une bosseuse et une perfectionniste, rarement satisfaite d’elle et j’ai pleinement confiance en elle. Pour ce qui est d’échanger, je n’ai rien contre… Un jour, sûrement !

NR: Et hormis ça, que planifiez vous pour cette année ?

TC: Avec mon activité, je ne peux pas programmer grand chose, je suis dépendant des dates qui me restent en terme de disponibilité. Alors comme l’an dernier, on roulera entre deux, quand on pourra, et si par exemple on se retrouve qualifié je pense qu’on ira à Châteauroux avec plaisir !

NR: Souhaitez vous adresser un message ou des remerciements pour conclure ?

TC: Oui bien sûr, c’est toujours un peu pareil, je ne peux terminer sans remercier tous nos partenaires, de plus en plus fidèles et motivés, toutes les personnes qui œuvrent autour des épreuves pour nous permettre de rouler, et bien sûr Europe Location qui nous prépare toujours des autos aussi compétitives que fiables ! Merci à vous, également, ainsi que tous ceux qui nous suivent.

NR: Un grand merci Thomas pour le temps accordé

Interview écrite de Thomas Chauffray par Yohann Lagnel