Thibaut Lemoine

INTERVIEW DE THIBAUT LEMOINE, DU RÊVE D’ENFANT À LA RÉALITÉ

Il est Normand, il est jeune, il évolue en Slalom à bord de sa monoplace, il a déjà démontré son potentiel en participant à 4 finales à l’âge de 24 ans, aujourd’hui nous vous présentons Thibaut Lemoine !

NR: Bonjour Thibaut, peux tu te présenter à nos lecteurs ?

TL: Bonjour Alors je m’appel Thibaut Lemoine, j’ai 24 ans et je suis Attaché Technique Itinérant chez Jura Filtration (Groupe HIFI FILTER)

NR: D’où vient ta passion pour le sport automobile ?

TL: Mon père a roulé en Simca 1000 pendant 15 ans en course de côte, et mes parents se sont rencontrés en course automobile, alors j’ai suivi mes parents sur les courses durant toute mon enfance, donc la passion est venue sans réfléchir c’était une évidence.

NR: La passion est de famille donc, et sinon comment es tu arrivé concrètement au baquet et à la course ? Peux tu nous raconter ton parcours ?

TL: Alors c’était en allant découvrir le karting à Caen, à l’âge de 8 ans, qu’on nous a proposé une « Ecole de pilotage », que j’ai suivi pendant 10 ans. 1 heure chaque mercredi avec des kartings de location. C’est donc comme ça que j’ai commencé à être derrière un volant. Puis par la suite, l’achat d’un karting de compétition pour faire du loisir avec mon petit frère. J’ai ensuite participé à l’opération « Les lycéens dans la course  » grâce à la petite monoplace que dispose le Lycée Jules Verne. J’ai alors piloté cette monoplace pendant les saisons 2013, 2014 (2 petites saisons) et 2015 une belle saison d’une dizaine de courses. Puis en 2016 nous avons acheté notre propre Formule 3, une Reynard 913, que j’ai piloté pendant 1 an et demi. Ensuite nous avons acheté, en Juillet 2017, la Formule 3 que nous possédons encore aujourd’hui, la Dallara F300.

NR: Que peux tu nous dire de ta voiture actuelle ? L’annonce de vente signifie-t-elle que tu as une nouvelle monture dans la tête ?

TL: Nous avons une voiture EXTRA, elle est sensationnelle à piloter, avec un moteur et une tenue de route incroyable. C’est donc une Dallara F300 d’environ 210 chevaux pour un poids de 475 kg: moteur Opel Spiess, boîte de vitesse crabot et une coque carbone. La voiture à été mise en vente avant le démontage hivernal car c’était le moment de la mettre en annonce, mais honnêtement nous ne sommes pas vendeur plus que ça au vu des résultats.

NR: C’est vrai que si c’est la voiture qui correspond à vos attentes c’est parfait ! Puisqu’on en est à parler voitures, y’avait-il une voiture de course qui vous faisait rêver étant enfant ?

TL: Alors oui avant de goûter a la monoplace, je voulais rouler en Simca 1000, et reproduire l’identique de mon père, puisqu’il a eu la même auto pendant 15 ans. Et pour l’anecdote depuis que je roule en Slalom, j’étais en extase devant la monoplace de Julien Bost… Et aujourd’hui elle est dans le garage: C’est la Dallara que nous possédons depuis 2017 !!

NR: Wahou un rêve qui se concrétise c’est génial ! Et avec cette voiture de rêve, comment s’est passée ton année ?

TL: Magnifiquement bien: j’ai participé à 10 slaloms et je suis monté 10 fois sur le podium, avec 5 Scratchs, 3 secondes places et 2 troisièmes places. J’ai également participé à 2 courses de côte, pour me familiariser avec la haute vitesse et d’autres sensations, qui se sont bien déroulées mais je découvre la discipline de l’intérieur donc ça change !! J’ai aussi participé à la finale des slaloms en Alsace, qui à été ma meilleure des 4 finales auxquelles j’ai pu participer.

NR: Et parmi ce beau panel d’épreuves, laquelle te tient le plus à cœur ?

TL: J’ai 2 épreuves qui sortent vraiment du lot : le Slalom de Plessé et le Slalom de Seine et Marne, qui sont vraiment des épreuves magnifiques !!

NR: En terme de cadre, de tracé, d’organisation ?

TL: Oui, le tout est vraiment top, et surtout le ressentit dans la voiture est magique.

NR: Tu nous as dit que tu as été en finale cette année encore, peux-tu nous faire un rapide bilan de ce week-end ?

TL: Oui bien sûr ! Alors nous avons fait le déplacement en Alsace avec une organisation exemplaire, un cadre idéal, tout était prêt le jeudi lorsque nous sommes arrivés. J’ai changé de manufacturier de pneus en passant chez Pirelli. Je les ai découvert le jour J, lors des essais libres j’ai été agréablement surpris et ça a bien fonctionné, car je prend la tête des essais chrono avec 1 seconde d’avance sur le second donc extra ! Ensuite, lors de la première manche on a changé un réglage sur la monoplace, mais je n’en était pas satisfait, donc je suis 2ème lors de la première manche. Puis lors de la deuxième manche je reprend la tête du classement, qui était très serré, car en plus en finale c’est les 2 meilleurs temps des 4 manches qui sont cumulés. Donc la course suit son déroulement, et avant de prendre le départ de la quatrième et dernière manche, les 2 premiers du classement étaient moi et Stéphane Lamoureux, mon concurrent habituel de la saison. Stéphane ne remonte pas au classement après la dernière manche, et le troisième au général était en piste lorsque je me suis élancé, je portai le n°1 sur la monoplace, donc je m’élance pour l’ultime manche et à la fin du premier tour, le speaker m’annonce victorieux de cette Finale des Slaloms 2019 ! J’aperçois toute mon équipe se sauter dans les bras, je fond en larmes dans la voiture, donc je termine la manche au ralenti et part fêter ma victoire a l’arrivée !!! Selfies, interview avec le speaker et avec les journalistes etc, mais une fois rentré à la tonnelle d’assistance on m’annonce que je suis finalement 2ème pour 1 centième (très louche), donc je vous laisse imaginer la suite du scandale… Plusieurs éléments sont intrigants avec une pesée du vainqueur suspecte, une quille dans la dernière manche que je n’ai pas vu de mes propres yeux… Et le chrono de la dernière manche, suspect. Donc une fin de finale très amère qui ne m’a pas permise de fêter pleinement mon titre de -25ans, et la pseudo 2ème place à la finale….

NR: Malgré ce goût amer, qui se comprends c’est évident, vous avez goûté à la joie de la victoire un court instant, et au moins vous savez que vous en avez la capacité, là en est le positif à en tirer ! Donc bilan quelle place au scratch et en classe ?

TL: Je termine donc 2ème de cette finale devant Stéphane Lamoureux, un autre Normand, et 2ème de classe. Mais je repars avec le titre de meilleur jeune (-25ans) devant Benoit Taviaux et Enzo Santelli !

NR: C’est quand même une super finale si on laisse les autres modalités de côtés ! Ça s’annonce très prometteur pour la suite ! D’ailleurs la suite parlons en, que comptes tu faire cette année ?

TL: Oui c’est quand même mon plus beau résultat, après ma 3ème place au scratch de 2018, c’était une belle finale dans l’ensemble, qui prouve une fois de plus le niveau normand !! Alors l’année prochaine je continue la coupe de France des Slaloms avec 3 ou 4 courses de côtes de prévues pour continuer l’apprentissage de cette discipline, mais on continue vraiment de se concentrer sur les Slaloms et la finale de l’année prochaine avec déjà 63 points d’acquis grâce aux 3 dernières épreuves de la saison que j’ai remporté. Mon calendrier est à retrouver en détails sur mon Facebook pour les intéressés.

NR: Donc les slaloms et la finale en vue, avec une petite attirance pour les courses de côtes quand même. Quitte à varier de discipline, aurons nous la chance de te voir plus tard en rallye, ou qui sait sur un circuit ?

TL: Je n’ai pas une attirance pour les côtes, mais j’ai une auto qui est disposée à faire les 2 disciplines, donc autant en profiter ! Puis ça me permet de me perfectionner dans les slaloms rapides, et de prendre des sensations qui ne sont pas présentes en slalom, comme l’inverse disons que c’est complémentaire. Et honnêtement, je ne pense pas changer de discipline, je suis très bien en monoplace, mais je garde quand même un œil sur les autres types d’épreuves. D’ailleurs en parlant de changement de discipline, cette année je perd un de mes plus gros concurrent qui m’a permis d’évoluer, puisqu’il passe en rallye.

NR: Pourrions nous savoir qui est ce fameux concurrent si c’est possible ?

TL: Il ne l’aurait pas déjà publiée sur Facebook, j’aurais fait patienter mais c’est pas le cas. C’est donc Stéphane Lamoureux, qui a publié sa photo depuis quelques temps déjà…

NR: C’est vraiment une information très intéressante ! Merci Thibaut !

NR: Et pour conclure, souhaitez vous adresser un message ?

TL: Alors oui tout d’abord à mes parents, mes frères et ma copine car nous vivons notre passion en famille et c’est tellement agréable !!
Je remercie un couple d’amis, Thibaut et Oriane, avec qui nous sommes ensemble sur chaque épreuve et qui nous supporte . Un grand bravo aux Normands qui ont représentés la région aux finales. Je tiens également à remercier nos partenaires (Hifi-Filter ; Gedibat ; Caen Véranda ; Tiffany Création ; Arno Utilitaire ; Ets Arnaud Herriau ; Echafaudage Bonvoisin ; le Garage du parc et Stepelec) qui nous soutiennent et nous suivent depuis plusieurs saisons !! Et merci à vous, NormandieRallye de m’avoir contacté pour cette interview.

NR: Un très grand merci Thibaut pour ton implication dans l’interview, ainsi que pour le temps que tu y as passé.

Interview écrite de Thibaut Lemoine par Yohann Lagnel