Stéphane et Léa Pustelnik

STEPHANE ET LEA, UN EQUIPAGE FAMILIAL AU TOP

La passion, ça se transmet de génération en génération. C’est sûrement un avis partagé par Stéphane Pustelnik, qui partage sa passion pour le sport automobile avec sa fille Léa, récemment titrée Championne de France Copilote des Rallyes 2e Division. Allons à la rencontre de ce duo familial aussi sympathique que performant.

NR: Bonjour Léa, bonjour Stéphane, pouvez-vous vous présenter avant cette interview ?

S: Bonjour, Stéphane Pustelnik, déjà dans ma 30ème année de licence, gérant du Garage des Peupliers, garage PEUGEOT à Saint Contest (14) depuis 2012.

L: Bonjour, Léa Pustelnik, j’ai débuté en rallye il y a 10 ans cette année et je travaille dans le garage familial.

NR:  L’épidémie engendre l’annulation des rallyes, alors comment occupez-vous ce confinement ?

S: Etant gérant de société, la gestion administrative du garage occupe 50% de mon temps, le reste du temps est consacré à essayer de rester en bonne condition physique. Je reste connecté au monde du rallye, notamment grâce à Confin’live de Mathieu Anne, et les réseaux sociaux.

L: J’essaye de me maintenir en forme également, et j’en profite pour passer du temps avec ma petite sœur que je vois très peu, étant très prise par le travail et les rallyes qui nous emmènent aux 4 coins de la France.

NR: Stéphane, comment es-tu arrivé dans le monde du sport automobile ?

S: Avec un père qui a couru 20 ans, il était difficile de faire footballeur … Plus sérieusement, à suivre mon père depuis tout gamin, il était difficile d’échapper à la passion du rallye.

NR:  Tu as été le premier élu du dispositif Rallye Jeunes en 1994, quel effet ça fait de savoir que des pilotes qui ont écrit certaines des plus grosses pages de l’histoire du rallye sont passés derrière toi ? Et que penses-tu du dispositif actuel mis en place pour détecter les champions de demain ?

S: C’est une fierté d’avoir ouvert ce palmarès, ça prouve que ce dispositif, parfois décrié, reste quand même sportivement efficace.

NR: Et toi Léa, même si on s’en doute, d’où te vient l’envie de copiloter ? et as-tu en projet de piloter un jour ?

L: L’envie de copiloter m’a prise dès le plus jeune âge, mon grand-père m’emmenait voir papa rouler. Quand l’âge de copiloter est venu, j’ai sauté sur l’occasion. Je ne céderais ma place pour rien au monde !! L’idée de piloter est toujours dans un coin de ma tête même si piloter est un grand mot… Je souhaite profiter des dernières années qu’il me reste à partager avec mon père au volant avant qu’il décide de raccrocher le casque, et nous verrons par la suite si mon projet est réalisable.

NR: Quel est le plus beau souvenir de votre carrière ?

S: J’en ai 3 principalement: le premier est ma sélection rallye jeune, le second est ma première victoire du Rallye de la Côte Fleurie en 2000. Le troisième est notre victoire à l’Indre avec Léa en 2018.

L: Je vais en citer 3 également, mon meilleur souvenir est mon premier rallye en 2010 qui se termine sur la première marche du podium, le second est le rallye de l’Indre en 2018, et pour finir, mon titre de championne de France des rallyes 2ème division copilote en 2019.

NR: Pouvez-vous nous récapituler votre saison 2019 ? De vos objectifs à vos résultats ?

S & L: Notre objectif était de remporter le titre 2ème division pilote et copilote, mais surtout aller se battre sur de nouveaux rallyes inconnus avec de nouveaux adversaires. Du coup, il était hors de question de végéter à 4 ou 5 min du scratch pour gérer le titre. Notre excès d’optimisme au Lozère pour aller chercher Nico Hernandez pour le scratch, et notre sortie au rallye de l’Indre nous privent du titre pilote. Néanmoins, nous sommes super contents de cette saison, nous nous sommes battus pour le podium, voire pour la victoire sur toutes les manches avec des références comme David Salanon, Quentin Giordano, Pierre Roché, Denis Millet, etc…

NR: Stéphane, les finales ne t’auront malheureusement pas souri, mais serais-tu prêt à retenter l’expérience, avec la finale de Châteauroux reportée en 2021, ou éventuellement la finale 2022 qui se déroulera à Arras ? Et toi Léa, que penses-tu de participer à une autre finale ?

S: C’est toujours un grand plaisir d’être au départ d’une finale mais c’est très compliqué vu le niveau d’être dans le coup en finale, il faut que tout s’aligne parfaitement !! En 2000 avec l’Escort alors que nous avions de gros espoirs à la Ciotat, un roulement de roue nous contraint à l’abandon des la 1er spéciale. En 2001 à Amiens avec la Mégane Maxi, on fait une super finale dans des conditions de folie, mais impossible de rivaliser avec les 4 roues motrices: on finit 4 ou 5 je crois devant pléiade de Kit Car bien conduites. Peut-être que sur le sec cette année la … En 2010 à Anglet je sors dans les 1er kilomètres de la 1ere spéciale. En 2015 à Samer on finit 4 sans jamais avoir trouvé le grip et le bon rythme !!! Cette année, l’objectif était de repartir avec une C3 R5 de chez PH SPORT pour participer à la finale de Châteauroux. Ce foutu virus aura eu raison de cet objectif. Quand l’épidémie sera passée, il sera important de se consacrer à la relance de l’activité économique de l’entreprise, au détriment de la saison 2020. La finale de 2021 pourrait devenir un objectif.

L: L’esprit finale est super sympa, ça nous permet de retrouver les copains qui habitent aux 4 coins de la France. Mais une finale, ça se prépare, donc comme disait papa, il sera plus judicieux de faire l’impasse sur 2020 et se tourner vers 2021.

NR: Vous avez eu l’occasion de rouler dans des voitures aussi prestigieuses que performantes, comme la DS3 WRC, la BMW M3, ou la Mégane Maxi pour ne citer qu’elles. Léa, as-tu une préférence pour une voiture ? Et pourquoi ? Et pour toi Stéphane ? Quelle serait ton auto coup de cœur ?

S & L: LA DS3 WRC SANS AUCUNE HESITATION ! Rouler dans cette auto fantastique tellement titrée est un sacré privilège.

NR: Stéphane, quelle était la voiture de tes rêves lors de tes débuts en rallye ?

S: C’était la R5 maxi turbo que possédait mon père, quelle tristesse d’avoir dû la vendre…

NR: Votre 306 maxi est en cours de construction, tout le monde le sait. Où en est son montage et où aimeriez-vous lui faire faire ses premiers tours de roues ?

S & L: Elle est en cours de montage chez mon ami Fréderic Anne, grâce aux précieux conseils et aides de personnes comme Yannick Roussel, Guy Mottard, Patrice Marguet (PAM SPORT), et de beaucoup d’autres qui m’aident à trouver les bonnes pièces manquantes, ou à les re-fabriquer. Nous en étions début mars à environ à 50% de sa réalisation. L’objectif inavoué était de l’étrenner au rallye de Mézidon 2020 pour fêter mes 50 ans car je suis du mois de mai. Malheureusement, tout s’est arrêté le 15 mars avec le confinement lié au COVID-19, donc maintenant pas de date de roulage précis à l’heure actuelle, certainement courant 2021.

NR: Pourquoi avoir entrepris le montage de cette voiture ?

S: Etant distributeur Peugeot, et par passion pour les années KitCar, nous nous sommes lancés avec un groupe d’amis passionnés dans cette aventure. L’idée de départ n’était pas de faire une vraie V2, mais de fil en aiguille et encore une fois avec l’aide de passionnés qui se reconnaîtront, le projet est en train de devenir réalité.

NR: La DS3 WRC et la 207 S2000 en 2019, la C3 R5 à la côte Fleurie, la 306 maxi en cours de montage: au volant de quelle voiture roulerez-vous en 2020 ?

S & L: Grâce à la motivation de Bernard Piallat de PH SPORT, l’idée était de faire un mixte entre la DS3 WRC et la C3 R5. Maintenant, tout est remis en question. Nous y réfléchirons pour l’après Septembre suivant les rallyes possibles, notre disponibilité et la disponibilité des autos.

NR: Auriez-vous des conseils à adresser à des jeunes souhaitant débuter le rallye en tant que pilote, ou copilote ? A quoi faire attention, comment bien débuter etc …

S: Ne pas perdre de temps, commencer par tenter l’expérience Rallye Jeunes et débuter directement par une formule de promotion avec une bonne équipe. Je sais que malheureusement il faut du budget aujourd’hui mais il est clairement préférable pour un jeune motivé qui a l’objectif de progresser rapidement, de faire un programme partiel en coupe plutôt que faire 12 régionaux dans l’année.

L: Le conseil à donner aux gens qui souhaitent se lancer dans le copilotage serait d’être passionné avant tout, car c’est un rôle qui demande 100% de notre concentration et de notre investissement, nous avons de grosses responsabilités et sur un manque de concentration la situation peut vite mal tourner. Il faut également trouver des pilotes avec qui on arrive à créer une vraie osmose. Il est très important de s’écouter dans une auto de course.

NR: Comment vous préparez-vous avant un rallye ?

S & L: Le plus important est de réussir à me mettre à jour au garage, de façon à pouvoir partir serein en recos. Le deuxième point est de récupérer le point GPS du McDo le plus proche du rallye pour Léa (en général, notre dream team PH SPORT s’occupe de nous envoyer ça). Troisième point et plus sérieusement, une bonne approche vidéo du rallye concerné et un soin particulier à la météo que nous sommes susceptibles de rencontrer, de façon à anticiper les choix de pneus et des set-up de la voiture avec l’équipe.

NR: Souhaitez-vous adresser des remerciements, ou un message pour conclure cette interview ?

S & L: Un énorme merci au Team PH SPORT qui met toujours tout en œuvre pour nous faire rouler dans les meilleures conditions possibles. Merci à Fred Anne Compétition qui est toujours partant avec nous sur les rallyes locaux. Et bien sur, merci à tous les vidéastes/photographes et supporters qui sont toujours bienveillants à notre égard.

Léa : Un énorme merci à mon père qui me fait vivre des moments exceptionnels dans des voitures exceptionnelles. Chaque année passée est plus magique encore que la précédente.

Steph & Léa : A très vite sur les spéciales, et prenez soin de vous !!!

Interview réalisée par Yohann Lagnel

Étiquettes: