Ludovic et Éloïse Surin

LUDOVIC ET ÉLOÏSE SURIN, UN NOUVEAU DÉPART EN CITROËN ZX KIT-CAR

Dans notre douce et paisible région normande, le calme de la campagne est bien souvent troublé par les sons si mélodieux de nos moteurs bien-aimés. Mais si ces voitures avancent si bien, c’est que les équipages dans l’habitacle savent la manier, parfois avec brio. C’est le cas de Ludovic et d’Eloise Surin, équipage de rallye, et surtout équipage dans la vraie vie, qui sont habitués de nos typiques routes normandes, et de ses podiums. Portraits de ces 2 normands titrés champions de France F2013 en 2011 ci-dessous.

NormandieRallye: Bonjour Ludovic, bonjour Eloïse, comment allez-vous ?

Ludovic Surin : Et bien ça va, on est comme tout le monde, un peu impatients de remettre le cul dans le baquet comme on dirait !

NR: Pouvez-vous présenter rapidement avant cette interview ?

LS: Alors je suis Ludovic Surin, j’ai 41 ans, j’habite a Randonnai dans le 61, c’est pas spécialement connu, et je suis vendeur de pneus compétitions sur toute l’Europe et pneus tourisme pour des agences d’autodistributions autour de chez moi.

NR: Vous avez entrepris le montage d’une Citroën ZX, pourquoi avez-vous décidé d’entreprendre le montage de cette auto précisément ?

LS: Alors précisément, je préfère vous prévenir, ça va être un peu long ! Parce que précisément, c’est que monter la voiture n’a jamais été un projet à la base, c’est une voiture que je trouvais très jolie, mais que ma femme ne trouvait vraiment pas belle du tout, mais bon bref, moi je la trouvais jolie quand je la voyais sur la route, mais j’avais jamais pensé à rouler avec une ZX. Et il s’avère que Edouard Lefebvre m’a demandé si je voulais vendre ma 306 Groupe A au Rallye de Pont l’Évêque, je lui ai dis non, et en fait en milieu de saison il m’a rappelé pour me la racheter, il a insisté, et j’ai cherché quelle voiture je pouvais acheter ou remonter par la suite, et je suis tombé sur cette fameuse ZX, en pièces.

NR: Ah oui donc le hasard complet ?

LS: Effectivement, le hasard complet ! Et du coup en tombant sur cette voiture en pièces, et bien il y avait le moteur cassé et tout le reste à faire, mais par contre j’avais remarqué que la voiture était équipée d’amortisseurs 3 voies, enfin bon des pièces qui pouvaient éventuellement m’intéresser pour mettre sur ma 306, qui n’en était donc pas équipée. Je me suis dis aller hop, je contacte le vendeur de la ZX, et il m’a dit « Voila Ludo je te connais, t’as fait le rallye des Vosges, tu vois sûrement pas qui je suis, mais moi je te connais bien ». Ensuite il m’explique qu’il avait aussi envie de faire renaître la ZX. Donc j’ai contacté mon ami Nicolas Dubois de NDTC, je lui ai parlé du projet, et c’est là qu’il m’a dit  » Ecoute Ludo, on le fait, laisse partir la 306, ça va vraiment être génial de faire une ZX, c’est pas commun et à tes mains ça va être sympa ! On va en faire un super truc ! » Et puisque je préfère les anciennes par rapport aux Groupe R, vous le comprendrez c’est pas mon truc… Je n’ai pas de sous pour mettre au-dessus de ce que j’avais de la 306, j’ai demandé à Nicolas Dubois de respecter au moins le fait que, certes on fait ça ensemble, on prend le projet, mais faut pas que ça me coûte plus cher que le budget que j’avais pour la 306. Donc Edouard m’a fait une ultime proposition pour la Peugeot, il est venu chercher la 306 et le jour même la ZX arrivait depuis les Vosges, grâce à Nicolas qui a été la chercher et me l’a ramenée…

NR: Ah oui donc un échange d’auto direct…

LS: Et bien concrètement, Edouard m’a dit qu’il prenait la 306 le vendredi soir, la ZX est arrivée dans la nuit du samedi au dimanche, et le dimanche matin, la 306 partait… Un vrai truc de fou quoi… Mais ma femme quant à elle, n’était pas du tout du tout bien ce week-end là…

ES: Oh bha oui mais c’est normal ! La grosse déprime quand j’ai vu arriver la ZX en pièces… Ça c’est tellement fait en express qu’on a à peine eu le temps de réaliser !

NR: C’est compréhensible ! Mais Eloïse votre avis maintenant que la Citroën est montée ?

ES: J’ai totalement changé d’avis ! Déjà, rien que quand on la met en route, le bruit c’est… Wahouuuu… Et puis la déco y joue beaucoup aussi ! Elle a de l’allure c’est super !

LS: C’est vrai je suis totalement d’accord… On l’a équipé en jantes de 17 pouces, parce qu’on a installé une boîte de vitesses qui n’était pas adaptée: on a mis une boîte 6 à crabots, du coup par rapport au couple qu’il y avait, on devait mettre du 17 pouces, et au final ça change totalement la voiture, ça la rends vraiment très belle je trouve…

NR: Donc votre voiture fait un beau bruit vous dites ? Où pourrons-nous entendre ce moteur rugir ?

LS: Alors on est en train de chercher… On roulera à Autun, ça c’est sûr, enfin du moins on s’est engagés, on ne sait pas ce que les prochains mois nous réservent, mais logiquement on devrait être au départ.

ES: On aimerait bien essayer la voiture avant, dans des essais par exemple…

LS: On cherche où faire des essais pour la mettre au point, car on a pas encore réellement roulé avec. Il reste quelques petites choses à faire sur la voiture, mais sinon elle est prête… Le plus gros problème est que l’on veut rouler avec, mais on ne sait pas où…

NR: Là, je crois que c’est un problème qui concerne tout le monde j’imagine…

LS: Au pire des cas on a le circuit d’Essay qui est à 20 minutes de la maison, si on arrive pas à avoir de séance de tests avant, mais bon c’est pas représentatif des conditions de rallye…

NR: Oui, ça parait logique ! Votre voiture sera en A7K, pourquoi avoir fait ce choix et décidé de ne pas rester en A7, ou de ne pas retourner en F2014 ?

LS: Alors pourquoi ne pas être retourné en F2014 c’est simple, j’ai lâché cette classe parce que mes adversaires sont arrivés très loin d’un point de vue budget, ils arrivent à avoir de très grosses autos, et c’était impossible de les suivre et d’aller les chercher… Et puis pour la classe A7, en fait on a acheté la voiture, et je vais être direct: Elle n’était pas conforme pour la classe, car elle était équipée d’un collecteur Kit-Car. Donc pour l’instant on a tout installé, comme une A7, que ce soit les freins Brembo qui sont homologués à l’avant, même si ils sont presque trop petits, on évoluera à l’avenir. Sinon c’est une vraie A7, les trains roulants sont ceux de la Trophée, donc les triangles du Groupe N, elle est équipé comme les Trophée à ce niveau là, mais par contre on a décidé de garder le collecteur Kit-Car, pour avoir un meilleur son, qui est maintenant plus sympa qu’une A7 traditionnelle, voilà le pourquoi du comment on se retrouve en A7K… Le moteur a été peaufiné et développe aujourd’hui 230CV, c’est le résultat affiché sur le banc. On a tout optimisé !

NR: A 230 CV il y a de quoi se faire plaisir !

LS: Sur le papier ouais ! Mais bon on a fait 4 kilomètres avec la boîte 6 crabots, le moteur, tout s’assemble complètement et c’est génial…

NR: Selon vous, c’est de bonne augure pour le reste de la saison ?

LS: Et bien on va avoir un petit peu de travail sur les réglages châssis, parce que les jantes en 17 pouces me font changer le style de conduite. Avant de faire ces 4 kilomètres je pensais retrouver des sensations similaires, mais dès que je suis parti je me suis rendu compte que je n’avais pas entre les mains ma 306… Donc quelques réglages châssis à prévoir comme je l’ai dis, mais je pense que au bout de 2 ou 3 spéciales j’aurais mes réglages… Mais bon le changement c’est super ! J’ai plutôt tendance à vite m’habituer à une voiture, et à m’ennuyer… Donc si la voiture me donne un peu de fil à retordre c’est sympa !

NR: C’est sûr, ça fait du challenge !

LS: C’est ça ! En plus de ça on a des amortisseurs 3 voies, j’en avais pas avant, donc ça va être un nouvel apprentissage, c’est cool…

NR: D’ailleurs en parlant de challenge, selon vous, qui seront vos plus gros adversaires en A7K ?

LS: Et bien je suis contraint de dire… Personne… Malheureusement, les plateaux ne comptent jamais beaucoup de monde dans ces classes… Ma femme et moi nous sommes des compétiteurs avant tout, alors la classe n’est pas notre principal objectif. On aime être devant, ça on ne l’a jamais caché ! Avec cette voiture, on va rouler pour le plaisir de se battre pour être devant, mais aussi pour le plaisir d’aller vite. On a monté la voiture dans l’optique de se faire plaisir en roulant, une voiture qui soit mélodieuse et qui nous plaît, et s’il faut passer par un collecteur A7K, et bien on va en A7K… Si ça se trouve un jour on changera le collecteur et on retournera en A7, c’est pas définitif. Je souhaite qu’avec cette voiture on fasse comme avec la 306: se battre jusqu’au bout pour être dans le top 10, au plus haut du classement. Prouver qu’avec une ancienne voiture, on peut encore être devant. Certes il y a des Groupe R, qui demandent d’investir une quantité d’argent conséquente dans le rallye, mais c’est pas parce qu’une voiture demande un plus petit budget, qu’elle n’est pas performante et ne peuvent pas jouer devant. Après dans le Groupe A on se battra avec les mêmes, Cédric Hunot, qui est un ami à moi et qui est rapide, on a des puissances et des poids équivalents, donc même en A7K ça ne devrait pas changer grand chose, nos autos ont les mêmes performances, donc je pense qu’on continuera à batailler ensemble, comme on en a l’habitude. Après il y a les A8, car oui ces grosses autos aussi font partie du Groupe A, comme Emmanuel Hervieu et sa BMW, quand on peut se rencontrer, les batailles sont toujours sympas. Après sinon dans le Groupe A j’ai peu de nom qui me viennent en tête comme ça directement. Après il y a aussi les S2000 en A7S.

NR: Et pour votre ZX, est-ce qu’à l’avenir, elle pourrait être équipée d’un kit voies larges, signe distinctif emblématique des Kit-Car ?

LS: Alors oui et non. Le oui est que j’ai déjà la voiture, et que je rêve d’avoir une vraie voie larges, mais le non vient du fait que ça ne remplacera jamais mon rêve, qui n’est autre que la 306 Maxi, c’est mon rêve depuis que je fais du rallye. Je ne parle pas d’une F2014, car à mon sens ce n’est pas une 306 Maxi, car ce n’est pas une usine. Même raisonnement pour la ZX, si je la monte en voies larges, ce ne sera jamais une ZX Maxi. Les vraies Maxi, 306 ou ZX, doivent sortir d’usine pour mériter ce nom. Mais bon le rêve de la Maxi restera un rêve, car comme tout le monde le sait, ça demande un budget monstrueux, que je n’ai malheureusement pas.

NR: Et pour vous Eloise, quelle serait la voiture de vos rêves ?

ES: Alors pour moi, c’était la Toyota Corolla WRC, comme celle qu’avait Didier Auriol, c’est et ça restera ma voiture préférée…

LS: Je pense que si un pilote par chez nous, arrivait à bien l’emmener, il serait loin devant tout le monde.

NR: Sinon, parmi les autos que vous avez eu, il y en a t-il eu une qui se démarque des autres, et pourquoi ?

LS: Pour moi, mon auto préférée que j’ai eu avec ma femme, ce serait la 106, un petit peu plus que la Saxo, car elle nous a titré champions de France du F2013 en 2011, et surtout parce qu’elle nous a donné notre première victoire scratch. Sinon de toutes celles que j’ai eu, je pense réellement que c’est ma 306 verte en 2008, je sais pas pourquoi mais j’ai eu une osmose avec cette auto, ça allait vraiment vite, il y avait quelque chose que je n’ai retrouvé nul part ailleurs… Après j’ai vraiment aimé ma Saxo car c’est la seule voiture qu’on a eu avec Boîte Séquentielle.

ES: Quant à moi avec Ludovic, je dirais que la Saxo et la 106 c’était vraiment quelque chose… Mais quand même la Saxo… Et sinon toute seule je dirais la Clio Groupe A, que j’ai conduit, on avait fait un équipage féminin pour l’occasion, c’est vrai que c’était une super voiture… J’ai aussi eu la chance de copiloter Eric Gonnet sur Lotus et c’était une belle expérience…

NR: Restons dans la thématique des souvenirs: chacun son tour, racontez-nous 3 événements rallyistiques qui vont ont marqué, qu’importe la raison. Qui veut commencer ? 🙂

ES: Vas-y chéri à toi l’honneur !

« rires »

LS: 3 souvenirs… Ah c’est dur de choisir… Alors déjà pour commencer, le plus beau souvenir pour moi, c’est la finale en 2005 avec mes meilleurs amis Sylvain Seray et Mathieu, c’est un de mes meilleurs souvenirs car on a cravaché tout les deux pendant une année complète, parce qu’on s’était dit qu’on irait faire la finale en Corse, et on l’a fait ! On a passé une semaine mémorable ensemble, ça c’est sûr que ça restera mon meilleur souvenir. En trouver deux autres ça va pas être évident, j’ai tellement de bons souvenirs… Ah bah mon premier scratch forcément, même si j’en ai un petit goût amer mais passons, et pour le dernier souvenir je dirais que en 2008, le rallye du Coutançais avec le rassemblent de mes meilleurs potes, Jean-Luc Souffez, Julien Sellin, Winny… Là, ouais ce rallye là c’était vraiment quelque chose de super. Parce que le rallye ça donne du plaisir, mais avant tout il faut avoir une bande de copains qui nous entoure. C’est des anecdotes de rallye qui m’ont marqué, et qui me reviennent en tête de temps en temps tellement c’était super.

NR: Je suis sûr que le fait de l’évoquer ça vous redonne les poils !

LS: Oh ça va c’est pas la peine de remuer le couteau hein !

« Rires »

NR: Et vous Eloïse, auriez-vous 3 souvenirs forts à nous partager ?

ES: Alors un de mes rallyes au volant, c’était Mézidon en 2009, on avait fait un équipage féminin, et dans la première spéciale, on fait le 25e temps scratch sur 130, après j’ai eu des soucis de freins qui ont fait que j’ai percuté un round-baller, et suite à ça j’étais moins en confiance avec la voiture, mais cette première spéciale ça reste un souvenir extra ! Après il y a bien évidemment ma première course au volant de la Clio GrA, au slalom de Lessay en 2008. Je ne connaissais pas du tout la voiture, et on était 11 filles au départ. Sur la première manche j’étais à la ramasse complet, dans la deuxième manche je me suis retrouvé dans le milieu des temps féminins, et à la troisième manche, tout les copains m’ont encouragé à me dire que je pouvais le faire, que je pouvais freiner plus tard, et résultat sur la dernière manche je fais le 1er temps chez les filles… Donc oui une victoire féminine pour la première course c’est top ! Donc il y a eu une ambiance de fou à l’arrivée tellement on était contents. Et puis pour la fin je dirais nos 2 victoires Scratch avec Ludo, quand on est arrivés au parc au Bocage à la fin on a eu une holà, une ambiance de folie… Tout le monde nous attendait c’était fou…

LS: J’avais failli oublié ! Faire une pige au Slalom de Villedieu l’année dernière avec le prototype de mon beau-père, en double-monte avec lui, c’était super ! J’ai fini 2e de groupe… Et puis ma plus grosse déception ! J’ai loupé ma première victoire scratch pour 4 dixièmes contre Eric Brunson au rallye de Saint Germain La Campagne en 2010, ça ça a été un des moments les plus durs pour moi. J’étais en tête quasiment tout le rallye, et dans la dernière spéciale, Eric Brunson s’est énervé, il m’a repris 4 secondes, et il empoche la victoire pour 4 dixièmes… Il est venu me dire « je te rassure, le premier rallye que j’ai gagné c’était ici ». Cette journée là, moi en 306 contre lui en Subaru, c’était une super bataille. J’étais dépité car je voyais ma première victoire scratch quand même…

NR: J’imagine bien ! Sinon, quel rallye préférez-vous en France ?

Ludovic et Eloïse: LA SUISSE NORMANDE !

LS: Ah oui sans aucun doute la Suisse Normande, ensuite je dirais la Côte Fleurie, le Pays d’Auge (Lisieux), et Beuzeville…

ES: Ah c’est vrai que la Suisse Normande c’est un rallye au top, que ce soit le tracé, l’organisation…

LS: On ne saurait pas l’expliquer, mais il y a quelque chose quand on roule là bas… A chaque fois que j’ai roulé là bas, même si le résultat n’était pas au bout, c’est le rallye où je vais le plus vite, partout ! Très souvent dans les 5 au scratch… En 2019 on menait le rallye avant d’abandonner…

NR: Restons dans les résultats, à la finale de Chalon en 2018, vous êtes arrivés 2e de classe, seriez-vous prêts à retenter une finale avec la ZX, à Chateauroux en 2021, à Arras en 2022, ou espérons-le en Normandie si elle peut avoir lieu ?

LS: Avec la ZX, je n’arrive pas à me projeter assez sur l’après… A Chalon on menait la classe avant de subir plusieurs problèmes mécaniques: un flexible de freins s’est sectionné à la réception d’une bosse, donc on a tout perdu en une spéciale: on avait ni frein dans la pédale, ni frein à main, et ça sur 15 kilomètres. Le lendemain matin, une goupille du câble d’accélérateur a sauté, donc on accélérait qu’à 3/4… On a fait 3 spéciales avant de s’en rendre compte, donc impossible de rattraper le retard, au contraire on en accumulait, environ 15 secondes par spéciale… Tout ça pour une connerie… C’est le préparateur qui nous a prévenu qu’on passait pas au rupteur là où tout le monde était à fond… Il nous a dit ça 3 minutes avant qu’on reparte de l’assistance ! Donc il lève le capot alors qu’on allait partir, il me dit d’accélérer à fond, et c’est là qu’on a vu qu’on accélérait effectivement pas à 100%, et on a donc réparé. On a attaqué à fond sur la fin mais on avait 45 secondes de retard, impossible de remonter sur la première place…

NR: Pour conclure, souhaitez-vous adresser des remerciements ou un message à quelqu’un ?

Ludovic et Éloïse: On tiens à remercier Nicolas Dubois de NDTC, qui est un très bon ami, car c’est lui qui nous a mis le pied à l’étrier pour la Citroën, on remercie également les partenaires qui nous soutiennent, et si d’autres sponsors veulent nous aider, vous êtes les bienvenus ! On remercie les beaux-parents qui nous suivent toute l’année et qui nous aident, car pour l’assistance, on se débrouille par nous-même, alors ils nous aident en gardant les enfants, en mettant un peu d’essence et on les remercie pour ça. On remercie les vidéastes et les photographes, qui nous font des souvenirs toute l’année, comme vous par exemple, parce que sans vous les médias on a aucun souvenirs. Un grand merci aux spectateurs, même si on les connaît pas qui viennent nous voir, ça fait plaisir. Y’a 2 hommes qui viennent nous voir régulièrement, ils ont des photos de plein de nos voitures, des fois mêmes nous on a pas autant de souvenirs ! Merci beaucoup aux personnes qui travaillent toute l’année pour la bonne organisation des courses, que ce soit l’organisation ou les commissaires de course, car on est bien contents de vous trouver si on a un problème…

NR: Allez, dernière question bonus, pour quoi vous mettez vos voitures aux couleurs de NR ? On gardera le secret promis 😉

ES: Parce qu’on est fan de ce que vous faites, tout simplement !

LS: Non sans rires, c’est surtout parce qu’on est distributeur de pneus Yokohama, et que nous sommes à leurs couleurs depuis 2006.

Un grand merci à Ludovic et Eloïse qui ont joué le jeu jusqu’au bout

Interview réalisée par Yohann Lagnel pour NormandieRallye